Les treemaps utilisent des rectangles imbriqués pour présenter des données sous forme hiérarchique. Chaque niveau de la hiérarchie est représenté par un rectangle de couleur (généralement appelé « branche ») qui contient d’autres rectangles (les « feuilles »). L’espace à l’intérieur de chaque rectangle est attribué en fonction de la valeur quantitative mesurée. Les rectangles sont disposés par taille, avec le plus grand en haut à gauche et le plus petit en bas à droite.

Imaginons que j’utilise ce graphique pour analyser mes ventes. Les grands rectangles (les branches) correspondent aux catégories de vêtements Urban, Rural, Youth et Mix. Ces rectangles de catégorie contiennent plusieurs rectangles plus petits (les feuilles) représentant les fabricants de vêtements de la catégorie en question. La taille et l’ombrage de ces petits rectangles sont déterminés en fonction du nombre d’articles vendus. Pour la branche Urban, les ventes de vêtements Maximus ont été très élevées, les ventes Natura et Fama un peu moins élevées, et les ventes Leo très faibles. Cela explique que la branche Urban de mon treemap affiche les ventes Maximus dans le plus grand rectangle (tout en haut à gauche), les ventes Natura et Fama dans des rectangles un peu plus petits, les ventes Leo dans un tout petit rectangle et toutes les autres ventes dans plusieurs rectangles de diverses tailles intermédiaires. Je peux ainsi comparer le nombre d’articles vendus dans les autres catégories de vêtements d’après la taille et l’ombrage de chaque nœud feuille : plus le rectangle est grand et plus il est sombre, plus les ventes sont élevées.

Quand faut-il utiliser un treemap ?

Les treemaps sont conseillés :

  • pour afficher de grandes quantités de données sous forme hiérarchique ;

  • quand un graphique à barres ne peut pas afficher correctement toutes les valeurs ;

  • pour montrer la proportion de chaque partie par rapport à l’ensemble ;

  • pour montrer le modèle de distribution de la mesure entre chaque niveau de catégories dans la hiérarchie ;

  • pour représenter les attributs selon un codage par taille et couleur ;

  • pour repérer les modèles, les valeurs inhabituelles, les principaux contributeurs et les exceptions.

Créer un treemap simple

Vous souhaitez d’abord regarder une personne créer un treemap ? Accédez à la position 2:10 de cette vidéo pour voir comment Amanda crée un graphique de compartimentage.

Ou bien, créez votre propre treemap. Ces instructions s’appliquent à l’exemple Analyse de la vente au détail. Pour effectuer la procédure, téléchargez l’exemple, connectez-vous à Power BI et sélectionnez Obtenir des données > Classeur Excel > Se connecter > Exemple Analyse de la vente au détail.xlsx.

  1. Démarrez en mode Édition, puis sélectionnez la mesure Ventes > Ventes de l’année dernière.

  2. Convertissez le graphique en treemap.

  3. Faites glisser Élément > Catégorie vers Groupe. Power BI crée un treemap où les rectangles ont une taille proportionnelle au total des ventes et une couleur distincte pour chaque catégorie représentée. Pour résumer, vous avez créé une hiérarchie qui représente visuellement la quantité relative du total des ventes par catégorie. La catégorie Mens enregistre les meilleures ventes, alors que la catégorie Hosiery enregistre les plus basses.

  4. Faites glisser Magasin > Chaîne vers Détails pour terminer votre treemap. Vous pouvez à présent comparer les ventes de l’année dernière par catégorie et par chaîne.

    Remarque :

    Les détails et la saturation des couleurs ne peuvent pas être utilisés en même temps.

  5. Pointez sur une zone Chaîne pour afficher l’info-bulle correspondant à cette portion de la Catégorie. Par exemple, si vous placez le curseur sur Lindseys dans le rectangle 040-Juniors , vous affichez l’info-bulle pour le sous-ensemble Lindsey de la catégorie Juniors.

  6. Ajoutez le treemap sous forme de vignette de tableau de bord (épinglez l’élément visuel).

  7. Enregistrez le rapport.

Mise en surbrillance et filtrage croisé

Pour plus d’informations sur le volet Filtres, consultez Ajouter un filtre à un rapport.

La mise en surbrillance d’une catégorie ou de détails dans un treemap entraîne la mise en surbrillance et le filtrage croisés des autres visualisations sur la page du rapport, et vice versa. Pour suivre la procédure, ajoutez certains éléments visuels à la même page ou copiez/collez le Treemap vers une page de rapport qui dispose déjà d’autres éléments visuels.

  1. Dans le treemap, sélectionnez une catégorie ou une chaîne au sein d’une catégorie. Cela met en surbrillance croisée les autres visualisations sur la page. Sélectionnez la catégorie 050-Shoes, par exemple, pour afficher le montant des ventes de chaussures l’année dernière (3 640 471 $) et la part de ces ventes réalisée par Fashions Direct (2 174 185 $).

  2. Dans le graphique en secteurs Last Year Sales by Chain (Ventes de l’année dernière par chaîne), sélectionnez le secteur Fashions Direct .

  3. Pour gérer la mise en surbrillance croisée et le filtrage croisé des tableaux entre eux, consultez Interactions de visualisation dans un rapport Power BI.

Voir aussi

Rapports dans Power BI
Ajouter une visualisation à un rapport
Types de visualisations dans Power BI Épingler une visualisation à un tableau de bord
Power BI – Concepts de base
Essayez-le gratuitement !

D’autres questions ? Posez vos questions à la communauté Power BI